Travaux en cours (1ère partie)

J’y avais fait allusion dès l’ouverture de ce nouveau site : comme chaque année pendant l’inter-saison, des travaux sont en cours afin d’offrir aux visiteurs la possibilité de voir une partie du château non encore mise en valeur ou habituellement fermée au public.

Cette année, c’est notamment une pièce située pratiquement au niveau du grenier qui fait l’objet d’une réfection complète depuis le début janvier.


La tourelle vue de l'extérieur

Alors, bien sûr, il faut commencer par y aller dans cette pièce. Pour y accéder il faut gravir le grand escalier sur 2 étages puis le petit escalier étroit et en colimaçon de la tourelle. 70 marches et ouf, nous y voilà. Nous sommes tout en haut du château. Une marche de plus et nous accéderions aux combles. Nous n’avons rien oublié en bas ? Non ? Donc tout va bien.

Nous arrivons dans une pièce à peu près hexagonale d’environ 15 m2, éclairée par une haute fenêtre d’à peu près 70 cms de large. Le sol est constitué de planches épaisses. Comme il est visible du dessous entre les poutres de soutien, lorsque nous sommes en haut du grand escalier, il s’agit d’un plancher au sens premier du terme. Nous savons qu’il n’est pas d’origine, ce dernier ayant disparu, comme c’était le cas pour beaucoup d’autres pièces.

Les murs étaient manifestement entièrement recouverts d’une couche d’enduit qui est tombée en divers endroits, laissant apparaître les pierres. Jusqu’à notre intervention, de nombreuses pièces de bois étaient entassées dans un coin.

En levant les yeux, nous découvrons une charpente, très belle certes, mais qui a besoin d’un bon dépoussiérage !

En face de nous, une magnifique cheminée occupe tout un pan de mur. Nous remarquons tout de suite un petit problème : il n’y a pas de conduit permettant l’évacuation de la fumée vers l’extérieur ! Et pourtant nous verrons, par la suite, que la couleur des pierres de l’âtre permet d’affirmer qu’elle a servi. Sans doute la toiture a t’elle fait l’objet d’une réfection au cours de laquelle la sortie de toit fut supprimée.


La partie supérieure de la charpente

Bon, soyons clair, il y a du boulot… La saison débute le 28 avril, alors il a fallu s’y mettre sans plus tarder d’autant plus que nous ne sommes pas là à temps plein.

Pendant quelques temps, nous serons trois à travailler : Guy, bénévole dont les connaissances dans le travail du bâtiment vont nous être bien utiles ; Alain, travailleur infatigable, ouvrier de la commune qui est mis à notre disposition pendant les quelques jours où la météo ne lui permet pas de travailler à l’extérieur et moi-même, Michel dit le marquis Vincent de la Bâtelière.

D’autres volontaires, telles Martine et Leslie, nous ont proposé leur aide mais étant donné l’exiguïté de la pièce, 3 est déjà un maximum pour s’y mouvoir sans se gêner.


Guy termine d'enlever l'ancien enduit

Guy et moi commençons à intervenir le 8 janvier. Alain a déjà débarrassé la pièce des divers morceaux de bois qui l’encombraient et a « fait tomber » la plus grande partie de l’enduit restant sur les murs.

Pendant que Guy termine la mise à nu des pierres, je creuse les joints de manière à ce que le prochain revêtement puisse s’accrocher.

L’escalier de la tourelle étant très étroit, il nous faut enlever quelques planches afin de ménager un passage entre les solives et accrocher une poulie à la charpente pour évacuer les gravats à l’aide d’une corde et de seaux. Ils arrivent ainsi directement à quelques marches du 1er étage d’où l’un d’entre nous les transporte à l’extérieur. Ce système nous servira ensuite également pour monter les différents matériaux dont nous aurons besoin, notamment le mélange de sable et de chaux qu’Alain prépare dans la bétonnière installée au rez-de-chaussée, puis, plus tard, le parquet.

Ces travaux de préparation vont durer 2 petites semaines, puis viendra la remise en état. Ce sera l’objet du prochain article.

Alors à très bientôt.

sed diam dapibus nunc facilisis at elit. ut quis velit,